Cookies on this website
We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you click 'Continue' we'll assume that you are happy to receive all cookies and you won't see this message again. Click 'Find out more' for information on how to change your cookie settings.

Le 11 novembre 2013, le Maroc annonçait l’adoption d’une nouvelle politique migratoire se définissant comme plus humaine et globale. En matérialisation à cette décision politique, la Maroc va procéder le 1er janvier 2014, au lancement d’une campagne inédite de régularisation «exceptionnelle» du statut des migrants en situation administrative irrégulière sur son territoire, devant s’étendre jusqu’ au 31 décembre de la même année. Près de 25.000 à 40.000 étrangers étant concernés par cette mesure selon les dires du gouvernement, dont environ 15.000 migrants originaires d’Afrique subsaharienne. Auxquels devraient certainement s’ajouter, nombres de migrants reconnus comme demandeurs d'asile par le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) et le bureau des réfugiés et des apatrides relevant du ministère des Affaires étrangères et de la coopération. Il s’agit là d’un pari audacieux et d’un défi majeur pour le Maroc, si l’on considère respectivement le nombre de bénéficiaires potentiels auquel ce projet s’adresse ainsi que l’environnement et le contexte régional et international troubles et très complexe dans lequel il émerge, particulièrement en ce qui concerne les enjeux relatifs au fait migratoire et à l'agitation politique qui prévaut dans l'ensemble de la région méditerranéenne, dans le Sahel et en Afrique subsaharienne. C’est dans ce contexte global que se situe notre communication dont l’objectif sera d’analyser, à la lumière des développements politiques nationaux et internationaux récents, les enjeux relatifs à cette récente "décision politique".

More information

Type

Conference paper

Publisher

Moroccan migrations: Transformations, transitions and future prospects

Publication Date

05/2014

Total pages

33