Cookies on this website
We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you click 'Continue' we'll assume that you are happy to receive all cookies and you won't see this message again. Click 'Find out more' for information on how to change your cookie settings.

Si la migration ouest africaine reste fondamentalement commandée par les besoins de survie, elle a de plus en plus de mal à se réaliser sur le continent en raison notamment de la dégradation des écosystèmes, des crises sociopolitiques récurrentes et des conditions économiques de plus en plus difficiles. Il en résulte que la grande demande de mobilité observée dans toute la sous région contraste avec les multiples obstacles à la libre circulation des hommes et/ou le rejet de l’autre. Ces pratiques ont considérablement modifié le schéma migratoire ouest africain classique ainsi que les stratégies des candidats à l’expatriation qui sont réduits à inventer, par eux-mêmes, les recettes permettant de réaliser leur dessein migratoire. Parmi les solutions adoptées, l’ouverture et/ou la confirmation de destinations situées hors du continent constitue une nouvelle donne. Mais, face à la généralisation du protectionnisme migratoire tant à l’échelle continentale que mondiale la réponse ouest africaine aux questions posées par la mobilité ne peuvent nullement être envisagées à l’échelle d’un pays mais doivent être analysées à l’aune de la supranationalité que les institutions d’intégration sous régionale ont bien du mal à asseoir. Au total, la maîtrise de la circulation migratoire ouest africaine, en l’occurrence la gestion de sa fluidité, dépend, dans une large mesure, de la capacité de tous les protagonistes à en accepter l’utilité et le bien fondé.

More information

Type

Conference paper

Publisher

International Migration Institute

Publication Date

18/09/2007