Cookies on this website
We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you click 'Continue' we'll assume that you are happy to receive all cookies and you won't see this message again. Click 'Find out more' for information on how to change your cookie settings.

La manière dont l’objet « migration » est abordé empiriquement, la manière dont les terrains d’étude sont déterminés et pratiqués, influent sur les données produites et constituent en cela des questions méthodologiques de première importance. Afin de reconsidérer la place du « voyage » dans la migration, alors que celle-ci fut longtemps réduite par les études migratoires aux temps et aux lieux fixes du départ et de l’arrivée des individus, le transit est ici envisagé en tant que « moment » signifiant de ces processus migratoires. À travers l’étude des pratiques de taxation illégales des migrants mises en place par les agents de l’État nigérien le long des voies de circulation de la région d’Agadez, ce travail dans les espaces de transit, et notamment dans les transports, permet de produire des connaissances empiriques complémentaires de celles produites dans les autres espaces concernés par les migrations (trans)sahariennes. Enfin, en reconnaissant l’intér êt du croisement des méthodes qualitatives et quantitatives, la question des limites pratiques et des enjeux éthiques de la quantification des flux de transit est soulevée, rappelant la dimension politique des recherches sur les migrations entre l’Afrique subsaharienne, le Maghreb et l’Europe.

More information

Type

Conference paper

Publisher

International Migration Institute

Publication Date

26/11/2008

Total pages

11